Bonjour,

J’avais annoncé un petit commentaire sur le film” Hable con ella ” d’Almodovar.

A la vision du film, je me suis interrogée sur quoi dire car on y voit peu de danse. Puis j’ai lu un article de D. Frétard qui parle en termes choisis, élégants et documentés d'”Un mélodrame hanté par la danse de Pina Bausch”. Il nous dit l’amitié qui lie Almodovar et la chorégraphe Pina Bausch dont une séquence de danse (tirée de Café Muller) ouvre le film et une autre séquence (extraite de Mazurka Fogo) le clôture. Il compare les soins de Benigno l’infirmier sur le corps inanimé de l’apprentie danseuse (dans le coma) à ” une danse incantatoire du vivant” qu’il commente.

Moi je n’aurais pas su vous dire tout cela. Allez voir le film, il est interpellant comme tous les films d’Almodovar.

Malou Carels

 

(paru dans le Canard Folk de juillet 2002)