Salzbourg n’est pas seulement la ville de Mozart.
Hallstatt, ce n’est pas seulement “passe-moi le celte” !

Que faire quand on est mineur (de sel), célibataire, accordéoniste, qu’on s’appelle Schultze et maintenant retraité ?

Que faire quand on arrive au bout de la polka familiale et prussienne jouée sur son chromatique usé et bientôt, lui aussi, à la retraite ?

On prendrait “le blues” pour moins que ça ! Donc, Schultze Gets the Blues !

Sauf que … la vie, le jumelage des villes et une étrange musique venue d’ailleurs …

Schultze Gets the Blues n’est probablement pas le meilleur scénario pour les accros des polkas prussiennes, du Zydeco ou les danseurs de Jitterbug.
Je ne pense pas qu’il y ait grand chose à apprendre de ce côté-là avec ce film.

Mais il y a tout à découvrir sur un pays (européen) qu’on connaît mal ou en mal.

Un regard tendre, perspicace et décalé sur l’Autriche profonde qui ne manque pas de sel !

J.P. Willems

 

(paru dans le Canard Folk de mai 2005)