Malou Carels nous transmet le texte suivant, signé Khalil Gibran (poète libanais 1883-1931), paru dans le dossier “Danser la vie” de “Agenda +” du mois de mai (brochure gratuite que l’on trouve dans les magasins et restos bio).

 

Khalil Gibran

Par un jour, la cour du prince convia une danseuse, accompagnée de ses musiciens.

Elle fut présentée à la cour,

Puis elle dansa devant le prince

Aux sons du luth, de la flûte et de la cithare.

Elle dansa la danse des étoiles et celle de l’Univers;

Puis elle dansa la danse des fleurs virevoltant dans le vent.

Et le prince d’être subjugué.

Il la pria de s’approcher.

Elle se dirigea alors vers le trône et s’inclina devant lui.

Et le prince de demander :

“Belle femme, fille de la Grâce et de la Joie, d’où vient ton art ? Comment peux-tu maîtriser la terre et l’air dans tes pas, l’eau et le feu dans ta cadence ?”

La danseuse s’inclina de nouveau devant le prince et dit :

“Votre Altesse, je ne saurais vous répondre, mais je sais que :

L’âme du philosophe veille dans sa tête.

L’âme du poète vole dans son coeur.

L’âme du chanteur vibre dans sa gorge.

Mais l’âme de la danseuse vit dans son coprs tout entier …”

 

(paru dans le Canard Folk de juillet 2009)